PMM valorise le bio-méthane de la station d’épuration de Perpignan

07/09/2018

Ce vendredi 7 septembre au matin, Francis Clique, vice-président délégué à la Politique de l’eau et de l’assainissement et Dominique Schemla, vice-président délégué à la transition énergétique et à l’économie circulaire ont inauguré un équipement particulièrement innovant sur la station d’épuration de Perpignan. Aux côtés de Claude Bompard, directeur régional GRDF dans l’Aude et de Frédéric Van Heems, directeur général Véolia France, ils ont salué la construction d’une unité de production de biométhane qui va transformer un résidu de traitement jusqu’alors inutilisé en une ressource en gaz de ville permettant d’alimenter l’équivalent de 1 200 foyers. Au service de l’économie circulaire et de la transition énergétique, cette réalisation est une première sur l’ensemble de l’arc méditerranéen et sur la région Occitanie Pyrénées-Méditerranée.


« Un grand moment » pour Francis Clique, « un grand jour » pour Claude Bompard, « une fierté » pour Frédéric Van Heems : tous les interlocuteurs ont exprimé tour à tour l’importance de ce chantier mené à bien à travers un investissement de PMM de 2,5 millions d’euros - avec le soutien de l’ADEME (également représentée) ainsi que de l’Agence de l’Eau et du ministère de l’Environnement, de l’énergie et de la mer - ainsi que la joie de voir la mise en service d’un équipement aux nombreuses qualités.

 

 

Car comme l’a rappelé Francis Clique, cette unité de production de biométhane est une vraie réussite économique. En effet : « quand on parle d’assainissement, d’habitude on pense dépenses. Tandis qu’ici, la revente du gaz produit par la station d’épuration va assurer un retour sur investissement inférieur à 10 ans avant de dégager des bénéfices qui pourront à leur tour être réinvestis ». Le cercle vertueux est bien sûr également environnemental, comme l’a expliqué Claude Bompard : « progressivement, la part de gaz recyclé va venir remplacer le gaz naturel ; on économise ainsi des ressources tout en valorisant des produits considérés auparavant comme des déchets ». Frédéric Van Heems a abondé dans ce sens rappelant que « l’urgence climatique fait de l’économie circulaire un enjeu majeur, un des leviers de ce combat du XXIème siècle pour les générations futures ».


La production et la valorisation de biométhane sur la station d’épuration de Perpignan s’appuie sur l’étape finale du traitement des eaux usées, celle de la digestion des boues. Auparavant, le gaz produit par ce process était brûlé à la torchère, représentant un coût financier et environnemental. Désormais, il est donc purifié, transformé en biométhane avant d’être injecté dans le réseau de distribution de GRDF, évitant le rejet de 900 tonnes de CO2 dans l’atmosphère et représentant une activité économique bénéficiaire, grâce au coût de revente de la ressource recyclée ainsi produite.


Allié à un dispositif de récupération de chaleur des eaux issues du traitement qui permet d’optimiser la production du biogaz, l’unité de méthanisation implantée sur le territoire de Perpignan Méditerranée Métropole est une réalisation parfaitement exemplaire, sans équivalent au plan national. Et qui devrait faire des émules. S’inscrivant parfaitement dans la belle dynamique territoriale en matière de production d’énergies renouvelables et du plan régional TEPOS 2050 (Territoire à Energie Positive d’ici 2050), cet équipement représente aussi une innovation territoriale marquante dans le domaine de l’économie circulaire, filière d’activité économique d’avenir, génératrice de ressources et d’emplois non délocalisables.

 

Tags:

Please reload