Conseil du 15 décembre 2016 : reconquérir le cœur de la Métropole !

16/12/2016

Parmi les 47 dossiers inscrits à l’ordre du jour de la séance publique du Conseil de communauté de Perpignan Méditerranée Métropole (PMM), qui s’est tenu dans l’après-midi du jeudi 15 décembre 2016, deux dossiers (N° 21 & 23) ont retenu une attention particulière au sein de l’hémicycle : la convention entre la Ville de Perpignan, PMM et la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) portant sur la démarche « Démonstrateur Redynamisation Centre Ancien » ; la politique de la ville (approbation de la convention opérationnelle liée au projet de l’Université en cœur de ville de Perpignan). Olivier Amiel, adjoint au maire de Perpignan en charge de la délégation de la Politique de la Ville, conseiller communautaire, était le rapporteur de ces dossiers.

 

 

Concernant le dossier N°21 : la convention de partenariat a pour but d’accompagner la démarche visant à la redynamisation commerciale du centre historique. Comme l’a souligné Olivier Amiel « cette convention détaille un plan d’action thématique permettant de mettre en œuvre la stratégie de redynamisation conduite par les collectivités locales que la CDC se propose d’accompagner. L’expérimentation pourra, en tant que de besoin, associer d’autres opérateurs. Au terme des vingt-quatre mois d’expérimentation, un bilan sera formulé sur la base des évolutions constatées sur le périmètre du « Démonstrateur ».

En lien avec la Ville de Perpignan et PMM, le centre ancien de Perpignan a été retenu par la CDC au titre des sites expérimentaux, dits « démonstrateurs ».

Une politique dynamique de développement de l’attractivité économique du territoire a ainsi été définie consistant notamment à :

  • Redynamiser les cœurs de ville

  • Soutenir les commerces de proximité

  • Réimplanter les entreprises en cœur de ville, par le développement de l’immobilier d’entreprises dédiées

  • Soutenir la création d’entreprises, par la mise en place de pépinières d’entreprises thématiques

  • Soutenir l’économie sociale et solidaire, qui concilie solidarité, performances économiques et utilité sociale

  • Faire de Perpignan Méditerranée Métropole une destination touristique, en définissant une offre touristique de qualité autour de la thématique « tourisme urbain »

  • Déployer les nouvelles technologies et les outils numériques afin de mettre en valeur les commerces et l’offre touristique, par la mise en place d’une plateforme Smart City…

PMM et la Ville de Perpignan sont les deux collectivités porteuses du projet de revitalisation de l’intra-muros. Sont plus particulièrement ciblés en centre-ville de Perpignan les secteurs suivants : l’axe rues des Augustins et de la Fusterie, la place des Poilus et la rue Foch.

La concrétisation de la stratégie repose sur : le ciblage des cellules commerciales au sein du « démonstrateur », la recherche des différentes modalités opérationnelles de mise en œuvre de la démarche comprenant l’exploration d’une hypothèse d’AIVC et la quantification des objectifs de consolidation de locaux commerciaux et d’activité, l’appel à projets pour des porteurs de projets sur les locaux et les activités ciblés.

La convention repose sur deux axes identifiés conjointement entre les parties et font l’objet d’un plan d’actions spécifique : la requalification immobilière et la consolidation de l’activité commerciale ».

Sur ce dernier point plus particulièrement, l’enjeu pour PMM est de sortir de la dualité centre-ville et périphérie en soutenant les commerces de proximité, vecteur de lien social.

Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan, président de PMM, devait préciser : « Le commerce change. Les évolutions sont indéniables, les nier serait absurde. Certes, le textile est en perte de vitesse, mais ce n’est pas le cas pour les restaurants, par exemple, ou d’autres types de commerces en centre-ville beaucoup plus nombreux aujourd’hui par rapport à une vingtaine d’années en arrière ».

A ce propos, Olivier Amiel a cité une enquête du journal L’Indépendant qui confirme les propos du président de PMM. Il a rappelé également « qu’avec 243 millions d’euros réalisés par an, le centre-ville représente le 2ème volume d’affaires de la Communauté urbaine, derrière la Route d’Espagne et ses 409 millions de CA ».

Face à ce constat, il s’agit de placer Perpignan au cœur de la Communauté urbaine, et pour cela, dans le cadre de partenariats tels que cette convention avec PMM et CDC, elle est décidée à se lancer dans un programme ambitieux de renouvellement urbain qui repose sur plusieurs piliers : des logements de qualité ; le renforcement de l’offre touristique (grâce à des projets porteurs tels que le musée Hyacinthe Rigaud ou le déploiement d’outils « smart city ») ; le Centre international du photojournalisme… et, bien sûr, la réimplantation d’un pôle universitaire qui pourra accueillir 500 étudiants à la rentrée 2017 au cœur de Saint-Jacques !

Ce retour de l’Université en centre-ville, porté par Jean-Marc Pujol qui en fait l’une des priorités de son mandat, a suscité un vif intérêt lors de la présentation du dossier (N° 23). Il s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du contrat de ville et du projet de Nouveau Projet de Renouvellement Urbain (NPRU), PMM et la Ville de Perpignan. Les trois partenaires ont conclu une convention de partenariat « visant à fixer les conditions de l’engagement financier de PMM dans les opérations prévues dans ces dispositifs (…) ».

Les travaux faisant l’objet de la présente convention opérationnelle portent sur : la réhabilitation complète du couvent Saint-Sauveur, la construction d’un nouveau bâtiment (îlot Font Nova) en prolongement de la médiathèque, la réhabilitation de l’ancienne université du campus Mailly. Dans ce cadre, la convention prévoit notamment que la subvention de PMM est de 1 500 000€. A noter que sur ce projet de l’Université, la Ville de Perpignan apporte à elle-seule déjà  4 millions d’euros (soit 49% du coût total), la Région Occitanie/ Pyrénées Méditerranée 1 million d’euros, l’Etat 1 million d’euros, la DRAC 583 000€… et le Département 150 000€.

Please reload