L’ObsCat se fédère autour de nouvelles collaborations !

29/09/2016

C’est sous la présidence de Pierre ROIG, maire de Sainte-Marie-la-Mer et vice-président de la Communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM) en charge de la Gestion intégrée des zones côtières et du Trait de côte, que se sont retrouvés, ce jeudi 29 septembre 2016, à 14, au siège de PMM, les signataires d’une convention originale qui entérine trois années de suivi et qui engage plusieurs collaborations pour trois nouvelles années, 2016-2019…

 

La compétence littorale a été prise par Perpignan Méditerranée en 2007 avec pour objectif de mettre en œuvre une GIZC (Gestion Intégrée des Zones Côtières). Très vite les travaux d’aménagements envisagés (30 millions d’euros sur 10 ans) ont mis en évidence l’insuffisance de nos connaissances sur l’érosion de notre littoral. Ainsi, la Communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM) en tant que maître d’ouvrage a besoin de disposer d’un outil d’aide à la décision pour obtenir les autorisations et les financements de ces travaux.
L’Observatoire de la côte sableuse Catalane (l’ObsCat) a été créé en 2013 pour satisfaire ce besoin. Il est une source de données précises pour consolider les dossiers de demande d’autorisation de travaux auprès des services de l’Etat ainsi que les dossiers de demande de subventions.

Les 3 premières années de l’ObsCat (2013-2016) :

 

L’ObsCat a suivi durant trois ans l’évolution de notre littoral communautaire avec le concours de deux partenaires principaux :

-          Le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) qui, en tant qu’expert géologue référent au niveau national, participe (y compris financièrement à hauteur de 30%) aux différents observatoires littoraux français,

-          L’Agence de l’Eau partenaire financier important aide l’ObsCat au travers d’une convention « Gestion du littoral » qui est incluse dans l’accord Cadre de Coopération pour une Gestion durable de l’Eau et des Milieux aquatiques signé avec Perpignan Méditerranée. Il s’agit du premier partenariat de ce type pour l’Agence de l’Eau qui souhaite s’investir d’avantage sur le littoral.

 

A l’issue de ces trois ans de mise en place, l’ObsCat est devenu l’observatoire le plus complet de France en terme de suivis.

 

L’élargissement de l’ObsCat :

 

Aujourd’hui, l’Observatoire s’élargit en conventionnant avec les hydro-géologues de l’Université Perpignan Via Domitia (UPVD) ainsi qu’avec les gestionnaires du Parc Naturel Marin du Golfe du Lion.

 

Quatre conventions ont été rédigées ce jeudi 29 septembre 2016, en présence des médias des Pyrénées-Orientales, avec les différents partenaires pour définir le travail de l’ObsCat dans les années à venir :

 

La convention principale signée avec le BRGM en 2013 est relancée (avec le retrait de quelques missions confiées à l’UPVD et au Parc Marin) pour la période 2016-2019. Délibération du Conseil Communautaire du 11 juillet 2016. Le coût de la nouvelle convention est de 423 500 € HT pour PMM et 72 500 € HT pour Leucate (aide déduite du BRGM qui participe pour 212 600 € HT au total). Le coût de l’ancienne convention 2013-2016 s’élevait à 465 500 € HT.

 

La convention avec l’UPVD (sur 1,5 an) permettra de mesurer l’épaisseur de sédiments sur la partie terrestre du littoral. Décision du président du 2 septembre 2016. Coût total HT : 9 500 €.

 

La convention avec le Parc Marin (sur 3 ans) doit permettre d’utiliser des photos satellites pour mesurer les mouvements du  trait de côte (entre autres) et à terme pour limiter les interventions sur le terrain (longues et coûteuses). Coût total HT : 12 000 €.

 

Enfin, la commune de Leucate a souhaité que l’animation de l’Observatoire pour la partie qui la concerne soit réalisée par PMM. La convention de prestation de service entre PMM et Leucate décrit la participation financière de Leucate au poste d’animateur de l’ObsCat (à hauteur de 1/6ieme du coût total du poste). Décision du Président en cours de validation dans air-délib. Soit une recette de 12 500 € HT.

 

Ils ont dit…

Michel MOLY, président du Parc Naturel Marin du Golfe du Lion (PNM), 1er vice-président du Département, accompagné de Gildas LE CORRE, Directeur délégué du PNM, s’est félicité « de l’agrandissement de l’ObsCat avec, notamment, l’entrée du PNM, de l’UPVD, ainsi que l’arrivée de la commune de Leucate (…). En rejoignant l’ObsCat, le Parc Naturel Marin ne fait que conforter ses missions (…). Plus nous serons grands, plus nous pourrons mettre en commun nos expériences et nos compétences, humaines et scientifiques, et plus nous pourrons assurer notre lien côtier de proximité. Je tiens à rappeler ici que le PNM est le 1er parc marin de Méditerranée (…) ». A chacune de ses interventions, Michel MOLY ne manque pas de se positionner comme un VRP du PNM, vantant toute l’attractivité de cette structure « visant à la gestion intégrée, dans un objectif de protection, d’une zone maritime d’intérêt particulier pour le biodiversité et pour les activités humaines ».

 

Avant lui, Pierre ROIG avait rappelé avec insistance, chiffres et faits réalisés à l’appui, l’action permanente menée par sa délégation pour la surveillance du littoral catalan : « Pour être le plus efficace possible, nous ne manquons d’appréhender le futur, car nous savons le poids de l’industrie touristique et nautique – l’une n’allant pas sans l’autre – sur notre territoire. Il s’agit avant tout de préserver un fabuleux patrimoine et de protéger la population aussi (…) ».

 

Xavier PY, pour l’UPVD, s’est également enthousiasmé pour cette nouvelle collaboration, rendant hommage à son président, Fabrice LORENTE : « La communauté universitaire est pluridisciplinaire, nourrie à Perpignan par quelque 350 chercheurs et 9 500 étudiants ! Cette communauté est fortement ancrée sur le territoire, c’est sur celui-ci qu’elle puise son énergie, qu’elle alimente ses recherches, qu’elle (nous) permet de trouver des solutions à des verrous sociétaux. Nous sommes ici dans une dynamique, c’est évident ! L’Université Perpignan Via Domitia se devait d’être engagée, impliquée, dans cette structuration, avec l’ObsCat, dans cet accompagnement original et porteur de projets ».

 

Enfin, il revenait à Ariane BLUM, pour BRGM Languedoc-Roussillon, de conclure cette présentation médiatique autour de la signature des conventions, en déclarant en substance : « Je me réjouis que l’ObsCat poursuive sa route, car c’est une excellente idée. Aujourd’hui, nous ne signons pas que le renouvellement d’une convention, nous signons également la finalisation d’un suivi qui aura duré trois ans, première étape d’un cycle dont j’espère qu’il sera pérenne. L’arrivée de l’UPVD, de la commune de Leucate, du PNM, de la commune de Leucate, va assurément renforcer nos liens, nous donner plus de poids, offrir une autre vision, de nouvelles perspectives, nous permettre de mettre en commun des moyens conséquents, des atouts forcément pour consolider des infrastructures logistiques… D’ailleurs, je vois dans cette salle la présence de techniciens qui nous accompagnent sur le terrain, qui sont aussi les leviers de nos ambitions, je tiens à les féliciter et à les encourager ».

Les signataires des quatre conventions souhaitent maintenant convaincre d’autres villes littorales – notamment Argelès-sur-Mer et Saint-Cyprien – de les rejoindre.

A suivre.

 

Please reload